« Discours sur le Râmâyana », de Sri T.K.Sribhashyam

Discours sur le Râmâyana, Sri T.K.Sribhashyam, éditions Yogakshemam, paru en février 2021.

Le Râmâyana est l’histoire du prince Râma, une incarnation divine majeure dans la famille royale d’Ayodhyâ, et de sa lutte contre les forces du mal.
Le jour où son père, le Maharâja Dasharatha, décide de lui léguer le trône d’Ayodhyâ, Râma est obligé de s’exiler dans la forêt avec son épouse Sîtâ et son jeune frère Lakshmana. La peine occasionnée par leur départ a pour conséquence le décès du Maharâja.
Pendant les quatorze années de son exil, Râma rencontre plusieurs Sages et combat les Râkshasa-s, démons sanguinaires qui assaillent les ascètes qui se sont établis dans la forêt pour mener une vie empreinte de spiritualité. Les démons vivent surtout la nuit, et leur force est décuplée à la nuit tombée.
Dashagriva, le roi des Râkshasa-s, va jusqu’à enlever la propre épouse de Râma, la princesse Sîtâ, incarnation de la Déesse.

Cela a pour conséquence une guerre dans laquelle le prince, aidé d’une armée composée de singes et d’ours, combat les démons sur leur île de Lankâ afin de libérer Sîtâ de sa captivité, pour enfin revenir avec elle à Ayodhyâ où le couple royal est intronisé.
Les quarante discours de Sri T.K. Sribhashyam retranscrits dans ce livre abordent de nombreux sujets qui traversent le récit, de la philosophie de l’action aux différents types de dévotion, en passant par les valeurs accordées à la famille ou au pouvoir caché du Râmâyana.
L’histoire de Râma raconte comment l’âme humaine a perdu sa nature divine et comment elle finit par la retrouver. L’exil dans la forêt et le retour au royaume d’Ayodhyâ retrace les pérégrinations de l’âme humaine assaillie par ses propres démons qui lui font perdre sa vraie nature. Les Sages que Râma rencontre durant son exil représentent les maîtres qui favorisent le retour de l’âme dans sa véritable demeure.
Dasharatha, le nom du père de Râma, signifie « celui qui maîtrise ses dix sens »,

c’est-à-dire les cinq sens de perception et les cinq sens d’action.
Le décès du Maharâja symbolise que nous avons perdu la maîtrise des sens de perception.
Dashagriva, le roi des démons, signifie « dix têtes ». Par sa puissance, il a réussi à vaincre même les Dieux. Dès qu’une de ses têtes est coupée, elle repousse aussitôt. Ses dix têtes représentent nos sens de perception et d’action dont nous avons perdu la maîtrise en raison de l’assaut des démons, qui peuvent prendre en nous la forme du désir, de
l’avidité, de la colère…

C’est par une contemplation sur le Soleil que Râma réussit à vaincre définitivement le roi des démons, après avoir exterminé avec ses alliés les autres démons, et fini par rétablir l’Ordre dans l’île de Lankâ.
Grâce aux discours de Sri T.K. Sribhashyam, nous apprenons qui sont les singes et les ours dans notre propre vie, qui nous permettent de vaincre nos démons et d’enlever le voile de ténèbres qui recouvre la lumière de notre âme.

Discours sur le Râmâyana